Avis sur l’exposition Anima(ex)Musica au Familistère de Guise

Ce n’est pas parce que les salles d’expositions sont fermées qu’elles restent vides pendant le confinement. Je vous emmène aujourd’hui à la découverte d’une exposition temporaire qui attend avec impatience ses visiteurs : Anima(ex)Musica (bestiaire utopique) au Familistère de Guise.

Le Familistère de Guise est un lieu multiculturel : patrimoine, théâtre, musée et expositions. Régulièrement, la cour du pavillon central est investie par des artistes qui peuvent y présenter leurs dernières créations et leurs projets. C’est le cas en ce moment du collectif tout/reste/à/faire qui présente un bestiaire extraordinaire.

Qui se cache derrière le collectif tout/reste/à/faire ?

Le collectif tout/reste/à/faire est un ensemble de personnes réunies autour d’un même projet : le bestiaire utopique. L’objectif était de répondre à une remarque de Charles Darwin en 1871 : 

“C’est leur petite taille qui fait que nous sommes incapables de nous représenter l’apparence des insectes. S’il était possible d’imaginer un mâle Chalcosoma avec son armure de bronze poli et ses encornures complexes qui aurait la taille d’un cheval ou simplement celle d’un chien, il deviendrait l’un des animaux les plus impressionnants de la planète” La descendance de l’homme et la sélection sexuelle.

C’est ainsi que naît le projet Anima(ex)Musica qui prend au mot cette proposition de Charles Darwin. Depuis 2013, 3 artistes au sein du collectif utilisent des instruments de musique non utilisés pour donner vie à des insectes monumentaux : 

  • Mathieu Desailly, plasticien graphiste, s’occupe de la modélisation de l’insecte géant. Il établit un croquis selon des coupes ou des vues agrandies des arthropodes sélectionnés. Il conçoit aussi les assemblages possibles d’instruments pour créer l’animal.
  • Vincent Gadras est scénographe et constructeur. C’est lui qui construira les insectes avec les instruments et notamment tous les rouages pour la mécanique. En effet, les arthropodes bougent pendant l’exposition.
  • David Chalmin est le compositeur des sons de chaque insecte. Ces sons s’inspirent de la réalité de l’animal. Elle est ajoutée à la fin du processus de création avant l’exposition finale.

Découverte de l’exposition temporaire au Familistère de Guise

L’exposition temporaire Anima(ex)Musica au Familistère de Guise se présente en deux temps :

  • La présentation du projet et des différents insectes déjà construits
  • La déambulation parmi les arthropodes dans le hall de du pavillon central du Familistère

Présentation du projet anima(ex)musica

Comme expliqué précédemment, le projet créatif du collectif tout/reste/à/faire est de rendre réel un propos de Charles Darwin, à savoir : montrer le côté impressionnant des insectes que l’on a l’habitude de voir minuscules alors qu’ils regorgent de détails. Car les arthropodes sont une espèce vivante sous estimée. Elle représente 400 millions d’années d’existence et 80% du vivant sur Terre. Par exemple, 1 animal sur 4 est un coléoptère !

Le principe de ce projet artistique était de mettre en parallèle l’invisible mécanique des insectes à celle des instruments de musique. En décortiquant les ressorts d’un instrument, on découvre leur face cachée, comme pour les arthropodes. Cette association de fait permet également de développer l’imaginaire des visiteurs et de combler des lacunes en termes de connaissances entomologiques et musicales. Depuis 2013, les artistes ont créé 11 créatures construites à chaque commande ou partenariat qu’ils ont pu avoir.

Les arthropodes du collectif tout/reste/à/faire

La déambulation autour des animaux de l’exposition Anima(ex)Musica est très bien établie par les artistes. On passe d’un insecte à l’autre, le mécanisme et la musique se déclenchent. On peut faire le tour complet et passer plusieurs minutes à observer tous les détails

Le visiteur se demande “mais de quel animal s’agit-il ?”. Certains sont très repérables (comme l’araignée) mais d’autres sont totalement méconnus à cette échelle et il est très compliqué de se les imaginer tel quel.

Le visiteur se demande “mais de quels instruments s’agit-il ?”. Là encore, on reconnaît aisément les touches d’un piano mais plus difficilement les mécaniques d’un accordéon. 

Mon avis sur l’exposition Anima(ex)Musica au Familistère de Guise

Ce que j’ai aimé 

  • La scénographie du lieu est vraiment bien pensée. Tout est fait pour présenter les œuvres comme dans un Museum d’Histoire Naturelle. Chaque insecte à sa boîte de stockage présentée à côté. La cour du pavillon central se transforme véritablement bestiaire.
  • J’ai beaucoup apprécié la rencontre avec les artistes dans leur atelier. Ils sont en train de concevoir une puce avec des guitares. On sent que les deux créateurs sont pédagogues et veulent expliquer leur travail. Ils savent très bien parler de leurs créations.

 

Ce que j’ai moins aimé 

  • Le principe de déclenchement des mécanismes et du son à l’approche des visiteurs est très intéressant mais perd de son charme quand il y a plusieurs visiteurs en même temps sur des insectes différents. Tous les sons se mettent en route et on a plutôt une cacophonie. Ceci dit, cela peut fonctionner si l’on se dit que la réalité est ainsi dans la nature.
  • La présentation de l’exposition en deux temps est intéressante mais on a tendance à être attiré d’office par les insectes géants et pas par la petite exposition à côté. Alors qu’il faudrait sûrement plutôt faire la présentation contextuelle avant de découvrir les créations.

Informations pratiques

L’exposition temporaire Anima(ex)Musica est présentée au Familistère de Guise jusqu’au 27 mai 2021. Il y a donc encore un espoir qu’elle soit visible au public.
Si vous voulez soutenir la création artistique, ruez-vous dans cette exposition dès sa réouverture.

Pour cela, voici quelques informations pratiques : 

  • Adresse : Place du Familistère, 02120 GUISE
  • Tarifs : 6/9€

Etant donnée qu’il y aura sans doute des adaptations à la réouverture, je préfère ne pas vous donner trop de détails ici mais vous renvoyer vers le site internet du Familistère de Guise.

Pour en savoir plus sur le collectif tout/reste/à/faire, voici leur site internet : www.toutresteafaire.com 

Retrouvez tous mes avis dans la catégorie EXPOSITIONS du blog.

Laisser un commentaire