Ma façon de voir les régimes

C’est un article un peu plus intime que je souhaite partager avec vous aujourd’hui sur un sujet qui me tient à cœur : l’alimentation et les régimes. J’ai développé au fil du temps une façon bien à moi de concevoir les rapports que nous avons à la nourriture. Je voulais vous expliquer tout cela plus en détail.

Un parcours alimentaire désordonné.

Je vais vous éviter le récit complet de mon rapport avec l’alimentation, mais je vais quand même vous donner ses grandes phases. Jusqu’à 15 ans, j’étais une fille “normale”, ni trop grosse, ni trop mince, un peu complexée, pas très bien dans sa peau mais je mangeais avec plaisir et je ne me privais pas. A 16 ans, j’ai commencé à perdre du poids de façon anormale. Cela était dû à des inquiétudes légitimes dans ma famille et à des changements de vie. Puis, tout s’est compliqué. J’ai débuté une longue période de troubles du comportement alimentaire que j’ai diagnostiqué plus tard comme des crises d’hyperphagie. Cela correspond un peu à un gavage alimentaire en un très court laps de temps puis à une restriction punitive sans vomissement. J’ai donc pris beaucoup de poids en peu de temps, et mentalement, j’ai développé une lourde mésestime de moi et de mon corps.

Quelques années plus tard, une amie m’a parlé du régime Dukan. Au vue des résultats sur elle, j’ai décidé de le suivre moi aussi. J’ai perdu 15 kilos en 2 mois. J’étais très contente du résultat malgré quelques signes de carences. Mais j’ai progressivement repris une partie du poids perdu car je ne me reconnaissais finalement plus dans le miroir…

Suite à cela, j’ai enchaîné d’autres régimes, tout en poursuivant mes TCA et en continuant à prendre du poids. Puis, j’ai découvert les théories du Docteur Zermati qui se fondent sur l’absence de régime et à l’écoute de ses besoins et de ses sensations. J’ai tenté cette méthode sans grand succès, mais au moins j’ai arrêté les régimes restrictifs.

Suite à des problèmes de santé invalidant, j’ai pris énormément de poids. Je me sentais lourde et disgracieuse. J’ai décidé de consulter une nutritionniste. Ce n’était pas la première fois, c’était même la deuxième tentative. Mais si le premier praticien n’avait pas réussi à changer la donne, la seconde m’a ouvert les yeux.

C’était une révélation ! Avec beaucoup de bienveillance, elle m’a expliqué que même le fait de faire un “rééquilibrage alimentaire”, de “faire attention”, était une forme de restriction et donc un régime. Suite à ces quelques rendez-vous à domicile, j’ai arrêté de prendre du poids et j’ai commencé à apprécier mon corps.

Qu’est-ce qu’un régime pour moi ?

Le régime est devenu pour moi au fil du temps une peste à éviter. Les effets yo-yo ont été dévastateurs sur mon corps et mon esprit. Je ne veux plus en entendre parler et je ne le préconise pour rien au monde.

Se restreindre de quelque façon que ce soit dans un temps plus ou moins long est parfait pour perdre du poids rapidement. Mais comment peut-on imaginer que cela fonctionne sur la durée ? Si vous refuser de consommer un aliment qui fait soit-disant grossir mais qui vous plait vraiment, vous finirez toujours par en reprendre un jour ou l’autre. Et ne me dites pas que vous vous passerez à vie de frites et de chocolat ! On évoque alors la faiblesse de la personne au régime, ses craquages et son manque de volonté ou de motivation. Non, il faut arrêter de se faire du mal. Nous n’avons qu’une vie, faisons nous plaisir. Les coupables sont les entreprises qui vendent du rêve avec des méthodes fondées sur le marketing et non sur le bien-être des gens.

Alors, oui, vous me direz que sur telle ou telle personne, ça marche. Tant mieux, mais ce n’est pas le cas d’une grande majorité de personne. Et personnellement, je ne serai plus fière d’avoir le corps de mes rêves à force de restrictions. Diminuez vos calories et vous maigrirez, mais pourrez-vous les réduire à ce rythme toute votre vie ?

Une seule exception à mon sens pour les régimes, les personnes malades. Si le régime est nécessaire à cause d’une maladie grave, je suis d’accord. Le régime est pour moi une option sanitaire. Elle est comme un médicament qui doit sauver une vie. En aucun cas on ne le prescris à une personne en bonne santé.

Quelle solution du coup pour perdre du poids ?

Et bien il n’y en a pas ! La solution ne serait-elle pas d’accepter justement son corps tel qu’il est ? Et si en acceptant son physique, on ne finissait pas par se trouver tout simplement beau et à avancer comme si le poids n’était qu’une caractéristique comme une autre, comme un grain de beauté, un petit nez ou des yeux bleus ?

Alors oui, c’est toujours plus facile à dire qu’à faire. Personnellement, même en ayant travaillé plusieurs mois sur le sujet, je ne suis pas encore complètement à l’aise avec mon image, mais je m’améliore et ça c’est déjà un grand pas.

Des petits exercices à pratiquer pour se sentir mieux dans son corps :

  1. Se regarder matin et/ou soir dans un miroir, nu ou habillé, et trouver un élément physique qui plaît : la couleur des yeux, la forme de la poitrine, une belle peau, etc… et se focaliser dessus. Cela peut aider à arrêter de ne voir que ce qui ne va pas chez soi.
  2. Acheter des vêtements à sa taille. Cela paraît évident, mais quand le poids varie ou quand on veut perdre du poids, on a tendance d’une part à conserver des vêtements trop petits qu’on a espoir de reporter un jour, et d’autre part de s’habiller avec des tailles inférieures ou supérieures qui ne nous mettent pas du tout en valeur. Faites-vous plaisir. Pour vous trouver beau, il faut que l’enrobage soit joli !
  3. Travailler ses émotions. Souvent, les problèmes alimentaires sont étroitement liés à nos émotions. Et c’est là que les solutions sont diverses et différentes pour chaque personne. Je me libère de mes émotions positives ou négatives, entraînant une prise alimentaire compulsive, par un peu de sport (mais pas trop quand même !), de la méditation, et des activités culturelles qui me passionnent.
  4. Arrêter de culpabiliser. Souvent, quand on mange trop, on culpabilise des effets que cela va avoir. Sachez que l’exercice qui m’a fait arrêter de prendre du poids par la suite m’a fait prendre 2 kilos. Il s’agissait de manger tout ce dont j’avais envie, quand je voulais et sans limite de temps. Je grignotais des barres chocolatées et mangeais des plats gras et délicieux. Je me suis fait plaisir, mais au bout d’un moment, j’en ai eu marre. Tout me paraissait fade, j’avais envie de fruits, de légumes et de plats cuisinés. Je n’ai jamais plus fait de grosse crise de goinfrerie. Je me fais encore parfois plaisir en quantité mais ce n’est pas grave, au moins, j’ai passé un bon moment et je sais que je n’en aurai plus envie avant longtemps.
  5. Cuisiner ses plats. C’est aussi une évidence mais quand on a un problème avec la nourriture, il faut la travailler. Et pour cela, rien de mieux que de cuisiner. Vous vous rendrez compte rapidement que c’est le goût qui compte avant tout.
  6. Déguster les aliments. Prendre le temps de savourer les chocolats que l’on vous a offert et de retrouver les saveurs qui s’y trouvent. Se poser, calmement. Pas besoin de faire ça tout le temps, mais de temps en temps, c’est agréable et ça permet de retrouver ce qui nous plait ou non.

Et ensuite ?

Aujourd’hui, mon IMC est dans la catégorie “obésité”. Clairement, tous mes médecins me disent de perdre du poids et je les comprends. Mais pour le moment, je suis stable. Aucune prise de poids en plus de 6 mois, c’est un exploit pour moi.

Maintenant, j’aimerais effectivement perdre un peu de poids. Je ne sais pas combien en fait. Je rêve toujours de perdre 20 kilos mais je ne l’espère pas. Si je veux mincir, c’est pour que mon corps ne soit plus un fardeau pour certaines activités et à certaines saisons. L’été, mes pieds gonflent et ça me fait souffrir. Si je marche trop, les frottements entre mes cuisses enflamment ma peau, et j’ai encore du mal à monter certains escaliers.

Du coup, je me pose la question de l’après. Certes, j’ai trouvé un moyen de ne pas faire régime et de ne pas prendre de poids. Je travaille sur l’acceptation de ce que je suis aujourd’hui. Mais que dois-je faire pour perdre du poids ? Hors de question de me restreindre, mais j’ai quand même besoin de me sentir mieux. C’est un véritable dilemme et j’espère le résoudre par une activité physique plus intense. Je veux reprendre le vélo, marcher plus, continuer mes petites séances sportives, et tout simplement me sentir mieux dans mon corps pour attaquer les périodes estivales sereinement.

La suite au prochain épisode…

 

Informations complémentaires : 

 

Laisser un commentaire